► Mon chemin

Les grandes étapes de mon chemin vers Assise 

 1. Morvan – Bourgogne
de Vézelay à Cluny

2. Beaujolais – Bugey
de Cluny à Saint Maurice de Rotherens

3. Les Alpes
de Saint Maurice de Rotherens à Susa

4. Le Piémont
de Susa à Campo Ligure

5. La Ligurie
de Campo Ligure à Aulla

6. La Toscane
de Aulla à Chiusi

7. L’Ombrie
de Chiusi à Assise

 

Pax et bonum  

    C’est par cette formule que l’on peut traduire par “Paix et bonheur” que se saluent les pèlerins et les gens concernés par le pèlerinage vers Assise.

    Ce périple a plus que répondu à mes attentes de sobriété, grand calme, contact simple avec la nature et d’adaptation. En effet, c’est un chemin très solitaire donnant peu l’occasion de saluer. En 69 jours et sur près de 1500 km, à part les “hébergeurs”, j’ai rencontré 12 (douze!) pèlerins, ce chiffre comparé aux centaines de Compostelle est presque anecdotique.

    Je suis donc rentrée à Weislingen fin octobre, après des haltes amicales et familiales, avec un sentiment bizarre. Je n’avais plus ce sentiment d’allégresse ressenti après Saint Jacques mais celui d’avoir vécu quelque chose de plus profond, difficile à cerner, une grande confiance en moi et l’envie irrésistible de me documenter sur les évènements de notre histoire et de celle de l’Italie. 

    Après en avoir parlé autour de moi, relu mes cahiers, regardé et trié mes photos, lu diverses œuvres littéraires et visionné quelques documentaires, je me suis rendu compte à quel point j’ai été marquée.

 

Petits détails pratiques:

    En ce qui concerne l’équipement, j’avais repris la liste établie pour le chemin de St Jacques avec cependant une grande innovation: un parapluie.

    Cela peut sembler bizarre d’entreprendre une telle marche avec un parapluie et je faisais partie des sceptiques quant à cet accessoire. Sauf que j’ai tellement pesté contre ma cape les jours de grand vent et de pluie sur le Camino del Norte… et j’ai vu combien les rares marcheurs avec parapluie étaient heureux et ne tarissaient pas d’éloges. Conclusion, je me suis offert un super parapluie mains libres qui se clipse sur le sac à dos. Je n’ai pas regretté, quelle liberté de mouvement, pas de transpiration, on est également à l’abri après les pluies, des gouttes d’eau qui tombent des arbres. Il peut également servir de protection contre le soleil et parfois contre les toiles d’araignées ou les nids de chenilles.

    Mais balayons rapidement mes étapes. Je reprends le découpage en régions du topo-guide que l’on peut télécharger après une inscription auprès de l’association chemindassise.org qui procure également une liste pour les hébergements et la créanciale indispensable à tout bon pèlerin.  Les noms de lieux en rouge sous les cartes correspondent à mes étapes du soir.